Qu’est-ce qu’un contrat de prestation informatique ?

Sommaires

Un contrat de prestation informatique est un accord juridique entre deux parties. Dans ce contrat, une personne ou une entreprise d’infogérance informatique s’engage à fournir des services IT à une autre en échange d’une compensation financière. Cette convention détaille les droits et les obligations de chaque partie, les services à fournir, les modalités de réalisation, ainsi que les critères de performance attendus. Son objectif principal est de formaliser la relation entre le client et le prestataire de services informatiques, garantissant ainsi une clarté contractuelle pour les deux parties.

Le contrat de prestation informatique peut englober une grande variété de services. Il peut s’agir du développement de logiciels, de la maintenance et du support technique, de l’infogérance, ou encore de la mise en œuvre de systèmes d’information.

Il établit les bases légales de la collaboration et inclut les clauses spécifiques sur la durée de la prestation, les modalités de paiement, la propriété intellectuelle et les conditions en cas de litige. En outre, il stipule les conditions pour la maintenance et les mises à jour technologiques, assurant que les services fournis restent en phase avec les évolutions du domaine informatique.

À lire sur le même sujet : Découvrez notre prestation d’infogérance

Les points clés

  • Le contrat formalise la relation client-prestataire en informatique.
  • Il couvre les droits, devoirs, et modalités de prestation de service.
  • Il assure le suivi et l’adaptation des services aux progrès technologiques.

Définition de contrat de prestation informatique

Un contrat de prestation informatique désigne un accord légal où un prestataire s’engage à fournir des services informatiques spécifiques à un client, soit une entité individuelle ou une entreprise. Ce type de contrat se caractérise par l’indépendance du prestataire dans l’exécution de sa tâche, tout en étant rémunéré pour sa prestation. La nature des services est diverse et peut inclure le développement logiciel, la maintenance de systèmes informatiques, le support et la consultation en TI, ou toute autre assistance liée au domaine de l’informatique.

La structure type d’un contrat de prestation informatique intègre des éléments essentiels :

  • Les parties contractantes : identification claire du prestataire et du client.
  • L’objet de la prestation : définition précise du travail informatique à réaliser.
  • La durée : période durant laquelle la prestation sera effectuée.
  • Le prix : modalités de rémunération du prestataire.
  • Les obligations et responsabilités : incluant mais non limité au devoir de conseil, de secret professionnel, et de vigilance.

La rédaction doit suivre la réglementation en vigueur pour assurer la protection des deux parties et la clarté des engagements pris. En somme, ce contrat est capital pour établir un cadre de travail clair entre le prestataire et son client dans le domaine informatique.

Les parties impliquées

Dans un contrat de prestation informatique, deux entités principales jouent des rôles cruciaux : le prestataire, qui fournit les services, et le client, qui reçoit ces services. Chacune des parties a des responsabilités clairement définies et doit être identifiée de manière spécifique pour la validité du contrat.

Le prestataire

Le prestataire est généralement une société ou une personne qui propose ses compétences et son expertise dans le domaine informatique. Il s’engage à réaliser les travaux ou services convenus dans le contrat et peut varier de l’indépendant aux entreprises spécialisées. Les informations obligatoires à inclure dans le contrat concernant le prestataire sont :

  • Nom complet ou raison sociale
  • Forme juridique de l’entreprise
  • Représentant légal (le cas échéant)
  • Adresse du siège social
  • Numéro d’immatriculation (société)

Le client

Le client est l’entité, souvent une entreprise cliente, qui engage le prestataire pour bénéficier de ses services informatiques. Le client peut rechercher des services tels que le développement de logiciel, la maintenance de systèmes informatiques, ou le conseil en IT. Les informations essentielles concernant le client intégrées dans le contrat sont :

  • Nom ou dénomination de l’entreprise cliente
  • Représentant autorisé à signer le contrat
  • Adresse du lieu d’exécution des services
  • Coordonnées de contact (téléphone, e-mail)

Objet du contrat

L’objet d’un contrat de prestation informatique définit de manière précise les services fournis par le prestataire à son client. Cette section est cruciale car elle décrit l’étendue et les limites des engagements entre les deux parties.

Nature des services

Les services au cœur de la prestation peuvent inclure, sans s’y limiter, le développement de logiciels, la maintenance de systèmes informatiques, l’hébergement de données ou le support technique. L’objet de la prestation doit spécifier clairement les niveaux de service (Service Level Agreement – SLA) attendus, déterminant la qualité et la rapidité des services rendus.

  • Développement de logiciels : création personnalisée adaptée aux besoins du client.
  • Maintenance informatique : surveillance et entretien régulier pour assurer la fonctionnalité optimale des systèmes.
  • Support technique : assistance pour résoudre les problèmes techniques rencontrés.

Prestations spécifiques

La partie des prestations spécifiques du contrat détaille les services particuliers qui sont couverts. Cela inclut toute tâche informatique personnalisée ou exigence distincte du client qui doit être accomplie par le prestataire. Ces services sont souvent détaillés dans un cahier des charges qui complète le contrat.

  • Personnalisation de logiciel : adaptation du logiciel aux processus uniques de l’entreprise cliente.
  • Solution d’hébergement : mise à disposition d’une infrastructure pour héberger des données.
  • Prestation de maintenance : contrat spécifiant les interventions de maintenance préventive ou corrective.

Cadre juridique et clauses

Le cadre juridique d’un contrat de prestation informatique est l’ensemble structuré des règles et conditions qui régissent les relations entre les parties. Ce cadre comprend diverses clauses essentielles visant à préciser les obligations et droits, la propriété intellectuelle, la confidentialité, ainsi que les modalités de résolution et résiliation du contrat.

Obligations et droits

Chaque contrat de prestation informatique doit définir précisément les obligations des deux parties ainsi que leurs droits. Cela inclut la nature du service fourni, les délais de livraison, et les critères de qualité attendus. La responsabilité des parties est également édictée, spécifiant qui est tenu de répondre des potentielles défaillances ou retards.

  • Prestataire : doit réaliser le service avec compétence et diligence.
  • Client : s’engage à fournir toutes les informations nécessaires à la bonne exécution du service.

Propriété intellectuelle

La propriété intellectuelle est un pilier fondamental de ce type de contrat. Elle doit clarifier les conditions de transfert de propriété des œuvres créées au client, si applicable, ou établir les termes d’une licence d’utilisation. Les droits d’auteur et les créations de logiciels sont souvent concernés par ces clauses.

  • Transfert de propriété : à préciser si le prestataire cède ses droits au client.
  • Licence d’utilisation : conditions et étendue de l’utilisation des œuvres par le client.

Confidentialité et protection des données

La confidentialité est garantie par la clause de confidentialité, qui interdit la divulgation d’informations sensibles partagées. En parallèle, la protection des données s’avère essentielle, en cohérence avec les lois en vigueur telles que le RGPD. Les parties peuvent être amenées à détailler des mesures spécifiques de sécurisation des données.

  • Clause de confidentialité : définit ce qui est considéré comme information confidentielle et les conditions de sa protection.
  • Protection des données : décrit les engagements liés à la sécurisation et à l’usage responsable des données.

Résolution et résiliation

Les modalités de résiliation du contrat sont cruciales pour anticiper une fin prématurée de la collaboration. Les conditions dans lesquelles chacune des parties peut mettre fin au contrat, les délais de préavis, et les conséquences d’une rupture unilatérale ou fautive doivent être inscrites de manière claire.

  • Délais de préavis : période requise avant la résiliation effective du contrat.
  • Conséquences de rupture : obligations financières ou de restitution en cas de résiliation.

Durée et modalités d’exécution

La réussite d’un contrat de prestation informatique repose sur une détermination précise de sa durée et des modalités d’accomplissement des services. Ces éléments assurent un cadre clair et des attentes réalistes pour les deux parties impliquées.

Durée du contrat

La durée d’un contrat de prestation informatique peut être fixe ou indéterminée. Une durée fixe est souvent établie par une date de début et une date de fin spécifiques. En cas de durée indéterminée, le contrat se poursuit jusqu’à ce qu’une des parties souhaite y mettre fin, en respectant un préavis convenu. Il est crucial d’inclure une clause de renouvellement ou de résiliation pour clarifier les conditions de prolongation ou d’interruption anticipée du contrat.

  • Durée fixe : délimitée par des dates précises.
  • Durée indéterminée : possibilité de résiliation avec préavis.
  • Clauses spéciales :
    • Renouvellement : conditions de prolongation.
    • Résiliation : modalités d’interruption.

Modalités de réalisation

Les modalités de réalisation du contrat incluent des clauses détaillant le niveau de qualité de service (SLA — Service Level Agreement) attendu, des mécanismes de garantie de temps pour l’achèvement des tâches, ainsi que la mise en place d’une clause de recette qui définit les critères d’acceptation des travaux réalisés.

  • Qualité de service : niveaux de service prédéfinis et mesurables.
  • Clause de recette : processus de validation de la conformité des services livrés.
  • Garantie de temps : engagements sur les délais d’intervention et de résolution.

La modalité d’exécution décrit les étapes du projet, détaille les responsabilités de chaque partie et précise les modalités de paiement.

La transparence dans cette section est essentielle pour prévenir les litiges et assurer une collaboration harmonieuse.

Maintenance et support

Dans les contrats de prestation informatique, la section maintenance et support est essentielle. Elle définit les modalités de maintien des performances du système informatique ainsi que l’assistance apportée aux utilisateurs.

Maintenance préventive et corrective

La maintenance préventive a pour objectif de prévenir les défaillances avant qu’elles ne surviennent. Elle implique des actions telles que la mise à jour régulière des logiciels, des vérifications périodiques des équipements et la surveillance continuelle des performances du système.

Quant à la maintenance corrective, elle intervient après qu’une panne ou un dysfonctionnement ai été détecté. Elle assure la réparation ou le remplacement des éléments défectueux pour restaurer le système informatique à son état optimal de fonctionnement.

Support et assistance technique

Le support technique désigne la mise à disposition d’une aide spécialisée pour résoudre les problèmes informatiques rencontrés par les clients. Il peut être accessible via divers canaux : téléphone, courriel, ou plateforme en ligne.

L’assistance technique va plus loin en fournissant un accompagnement personnalisé pour optimiser l’utilisation des ressources informatiques, incluant la formation des utilisateurs finaux et la réponse à leurs questions spécifiques concernant le fonctionnement des systèmes.

Élaboration et gestion du contrat

L’élaboration et la gestion d’un contrat de prestation informatique sont cruciales pour assurer la conformité des services fournis avec les attentes du client et pour encadrer la relation entre les deux parties de manière équilibrée et transparente.

Cahier des charges et spécifications

Le cahier des charges est un document essentiel qui doit être rédigé avec précision. Il énumère l’ensemble des besoins du client ainsi que les modalités de réalisation des services informatiques. Ce document doit inclure :

  • Objectifs du projet : les résultats attendus en termes de performances et de fonctionnalités.
  • Spécifications techniques : les détails techniques précisant les logiciels, le matériel et les systèmes impliqués.
  • Délais de réalisation : les échéances clés et le planning global du projet.
  • Modalités de paiement : les conditions financières de la prestation, incluant les échelons de paiement selon l’avancement du projet.

Contrôle et recette

Le contrôle et la clause de recette définissent les étapes de vérification de la conformité des services rendus par rapport aux spécifications établies dans le cahier des charges. Cette phase comprend :

  • Tests fonctionnels : pour s’assurer que toutes les fonctionnalités sont opérationnelles.
  • Validation des performances : pour confirmer que les services atteignent les niveaux de performance prévus.
  • Procédure de recette : elle doit être clairement définie, en indiquant les critères d’acceptation et les responsabilités de chaque partie en cas de non-conformité.

Gestion des risques

La gestion des risques dans le contrat de prestation informatique vise à anticiper les obstacles potentiels et à planifier les mesures appropriées. Elle doit comporter :

  • Identification des risques : recenser les possibles sources de problèmes techniques ou managériaux.
  • Plan d’atténuation : établir des stratégies pour minimiser l’impact des risques détectés.
  • Clauses adaptatives : intégrer des clauses permettant de gérer les changements et imprévus de manière flexible, en conservant l’équilibre contractuel.

Aspects techniques et matériels

Les contrats de prestation informatique spécifient souvent les éléments techniques et matériels fournis ou nécessaires à la réalisation des services. Ces détails sont cruciaux pour éviter les malentendus et assurer que les besoins de l’entreprise cliente soient comblés avec précision.

Matériel et infrastructure informatique

Le matériel informatique est un pilier central d’un contrat de prestation et inclut tous les composants physiques nécessaires au projet. Cela peut englober les serveurs, les ordinateurs de bureau, les portables, les dispositifs de stockage, et la connectivité réseau. Le contrat doit lister :

  • Types et quantités de matériel
  • Performances requises
  • Conditions de maintenance et de support

Logiciels et licences

La section logiciels et licences traite des applications et systèmes d’exploitation utilisés dans le cadre de la prestation. Il est essentiel de définir :

  • Noms et versions des logiciels
  • Licences de logiciel : leurs quantités et types (permanente, temporaire, par abonnement)

Le prestataire doit aussi assurer la conformité des licences et leur gestion courante.

Intégration et mise en place

L’intégration fait référence à l’insertion harmonieuse du nouveau matériel et logiciel dans l’environnement informatique existant du client. La mise en place inclut l’installation physique et la configuration des systèmes. Les détails à spécifier sont :

  • Calendrier et étapes clés
  • Tests de validation après intégration

Une attention particulière est portée à la continuité des opérations durant la phase d’intégration.

Quelques statistiques

En 2023, le secteur des technologies a connu des défis majeurs, avec une inflation et d’autres problèmes économiques influents. Néanmoins, le marché des services informatiques a montré une résilience remarquable, affichant des taux de croissance supérieurs à ceux du secteur technologique global, avec des firmes spécialisées connaissant une augmentation de 30 à 40 % d’une année sur l’autre. Toutefois, la volatilité des évaluations et la difficulté accrue à gagner de nouveaux clients ont poussé même les firmes florissantes à équilibrer croissance et profitabilité avec soin.

Pour 2024, les perspectives sont plus positives. Selon les prévisions de Gartner sur les dépenses mondiales en TI, on s’attend à ce que les dépenses technologiques globales doublent cette année, atteignant une croissance de 6,8 % contre 3,3 % en 2023. Le segment des services informatiques en particulier devrait connaître la croissance la plus élevée, avec un taux de 8,7 %, le propulsant à la position de segment le plus important en termes de dépenses en TI pour la première fois, atteignant 1,5 trillion de dollars. Le conseil en informatique bénéficie d’une position particulièrement avantageuse, avec une croissance projetée de 10 à 15 % en 2024 dans presque toutes les industries.

Les services informatiques représentent le secteur promis au plus fort développement parmi toutes les catégories de dépenses technologiques, avec une croissance prévue de 8,7 % et une domination en tant que segment le plus large des dépenses IT pour la première fois dans l’histoire. La demande croissante pour ces services souligne l’importance d’une compréhension approfondie et de l’élaboration de contrats de service informatique solides. Ces contrats régissent les relations entre prestataires et clients et doivent être rédigés avec soin pour assurer clarté et protection pour toutes les parties impliquées.

Externalisation et infogérance

L’externalisation en informatique est le processus par lequel une organisation confie la gestion d’une partie ou de l’intégralité de son système d’information (SI) à un prestataire de services extérieur. Elle inclut des services tels que le maintien en condition opérationnelle, le support aux utilisateurs, et la gestion de l’infrastructure IT.

L’infogérance, une sous-catégorie de l’externalisation, est spécifique au domaine informatique. Elle implique un contrat de prestation de service informatique où le gestionnaire du SI externalise des responsabilités opérationnelles à un prestataire spécialisé. Ce dernier assure diverses fonctions :

  • Gestion : surveillance et administration des systèmes et réseaux.
  • Exploitation : gérer le bon fonctionnement quotidien du SI.
  • Optimisation : amélioration continue des processus et des systèmes.
  • Sécurisation : protection des données et des infrastructures contre les menaces.

Les avantages de l’infogérance sont multiples :

  • Réduction des coûts : mutualisation des ressources et des compétences spécialisées.
  • Recentrage sur le cœur de métier : permet aux entreprises de se concentrer sur leurs activités principales.
  • Accès à l’expertise : bénéficier de compétences techniques pointues sans les internaliser.

Types de prestations et modèles de contrats

L’efficacité d’un contrat informatique repose sur l’adéquation entre les types de prestations fournies et les modèles de contrats spécifiques. Chaque prestation nécessite un cadre juridique clair et des conditions bien définies pour garantir les intérêts des deux parties.

Contrats de service et SLA

Les contrats de service sont des accords dans lesquels le fournisseur s’engage à offrir un soutien continu pour les systèmes informatiques d’une entreprise.

Ces contrats incluent souvent un Service Level Agreement (SLA), qui détermine les niveaux de service promis, comme la disponibilité du service, les temps de réponse et les délais d’intervention.

Ils sont essentiels pour définir les attentes et les obligations de chaque partie.

Contrats de développement

Les contrats de développement couvrent la création sur mesure de logiciels ou de solutions informatiques.

Ils précisent le cahier des charges, les délais de livraison, les critères de réception des travaux et les conditions de paiement.

Il est crucial que ces contrats détaillent la propriété intellectuelle et les droits d’utilisation des logiciels développés.

Contrats de licence et de maintenance

Les contrats de licence accompagnent l’achat ou la location de logiciels existants et définissent les conditions d’utilisation, de modification et de distribution.

Parallèlement, les contrats de maintenance informatique assurent la mise à jour et la réparation des logiciels.

Ces contrats stipulent généralement la fréquence des mises à jour, la nature des supports techniques et les modalités de résolution des dysfonctionnements.

Veille technologique et mises à jour

Dans le cadre des contrats de prestation informatique, la veille technologique est primordiale.

Elle consiste en la surveillance active des avancées technologiques qui peuvent affecter ou améliorer les services offerts.

Concrètement, elle permet aux entreprises de rester informées des dernières innovations et des tendances émergentes, assurant ainsi une mise à jour constante de leurs offres et de leur savoir-faire.

La veille technologique implique plusieurs étapes clés :

  • Acquisition d’informations : identification des sources pertinentes et collecte de données.
  • Analyse : évaluation de l’impact potentiel des nouvelles technologies sur les services existants.
  • Transmission et stockage : partage des connaissances au sein de l’entreprise, garantissant l’accès à l’information pour les décideurs.

Les mises à jour découlant de la veille sont cruciales pour maintenir des prestations informatiques sécurisées et efficaces.

Elles se manifestent souvent par l’intégration de nouvelles fonctionnalités, l’optimisation de processus, ou encore l’amélioration de systèmes de sécurité.

Il est également essentiel de signaler les mises en garde.

Des innovations peuvent comporter des risques ou exiger des précautions spécifiques lors de leur intégration dans l’environnement informatique de l’entreprise cliente.

Liste des bénéfices apportés par une veille technologique efficace :

  • Anticipation des évolutions technologiques.
  • Amélioration continue des prestations.
  • Gestion proactive des risques et des opportunités.

Tarification et calcul de rémunération

Dans le cadre d’un contrat de prestation informatique, la tarification et le calcul de la rémunération sont des éléments cruciaux qui doivent être clairement définis pour éviter toute ambiguïté et garantir une entente mutuelle.

Tarification: Habituellement, les parties conviennent d’un prix fixe ou d’un taux horaire.

Le prix fixe est souvent employé pour des projets avec un cahier des charges très spécifique et des délais de livraison déterminés. Cela permet au client de connaître le coût total du projet dès le départ.

À l’inverse, le taux horaire est utilisé pour des projets plus flexibles ou évolutifs, où le volume de travail est difficile à estimer à l’avance.

Calcul de la Rémunération :

  • Forfaitaire : un prix global est établi pour l’ensemble de la prestation.
  • Horaire : la rémunération est basée sur le nombre d’heures travaillées, souvent avec un minimum garanti.
  • Journalier : similaire à l’horaire mais basé sur une journée de travail.
  • À la tâche : pour des missions spécifiques, un prix est fixé par tâche accomplie.

Il est essentiel que le contrat spécifie les modalités de paiement, y compris les acomptes, les échéanciers de paiement, et les conditions en cas de modification de la portée du projet ou de travail supplémentaire.

Les détails concernant les frais additionnels, comme les frais de déplacement ou les coûts pour des licences logicielles spécifiques, doivent également être pris en compte dans le calcul de la rémunération.

La détermination du prix doit refléter la complexité, l’urgence et les compétences requises pour réaliser la prestation informatique.

La transparence dans la définition de la rémunération est impérative pour instaurer une relation de confiance entre les parties.

Rédaction et conseil juridique

Dans la rédaction d’un contrat de prestation informatique, la précision et la conformité juridique sont cruciales.

L’assistance d’un avocat ou d’un conseiller juridique spécialisé dans ce domaine est souvent sollicitée pour éviter les ambiguïtés et s’assurer que toutes les clauses soient en accord avec la réglementation en vigueur.

Pour rédiger un contrat, les éléments suivants doivent être pris en compte :

  • Identification des parties : il est essentiel de clairement identifier toutes les parties impliquées dans le contrat.
  • Description des services : les services proposés pour le développement de logiciel et les autres prestations doivent être décrits en détail.
  • Obligations et responsabilités : chaque partie doit connaître ses engagements, tant pour le prestataire que pour le client.
  • Modalités de paiement : il convient de définir les termes et les conditions de facturation et de règlement.
  • Résolution du contrat : en cas de litige ou de non-respect des termes, les mécanismes de résolution doivent être établis.

L’utilisation d’un modèle de contrat peut servir de base, mais il doit être adapté aux spécificités de chaque situation.

Le modèle ne remplacera jamais le conseil personnalisé qu’un expert peut apporter.

Un avocat pourra également conseiller sur les meilleures pratiques, anticiper les risques potentiels liés à l’exécution du contrat et aider à la négociation des termes.

En cas de litige, il sera aussi un allié pour la résolution du contrat en suggérant des solutions amiables ou en représentant son client devant les juridictions compétentes.

FAQ

Quels sont les éléments clés à inclure dans un contrat de prestation informatique ?

Un contrat de prestation informatique doit définir avec précision l’objet de la prestation, le périmètre d’intervention du prestataire, la durée du contrat, ainsi que les modalités de rémunération et de facturation.

Quelles sont les différentes clauses à prévoir dans un contrat de services informatiques ?

Il est essentiel d’inclure des clauses relatives à la confidentialité, à la propriété intellectuelle, aux responsabilités de chaque partie, aux conditions de résiliation, et aux modalités de règlement des litiges.

Comment rédiger un contrat de prestation de service informatique conforme à la législation ?

La rédaction d’un contrat conforme passe par la prise en compte du droit des contrats, des spécificités du droit informatique, ainsi que du respect des normes en vigueur telles que le RGPD pour les aspects de protection des données.

Quelles obligations incombent au prestataire dans le cadre d’un contrat informatique ?

Le prestataire est tenu à une obligation de moyens, devant fournir les compétences et les ressources nécessaires pour réaliser la prestation.
Il doit également respecter les délais convenus et fournir un travail conforme aux spécifications contractuelles.

Comment s’assurer de la protection des données dans un contrat informatique ?

Le contrat doit intégrer des clauses garantissant le respect de la confidentialité et de la sécurité des données manipulées, conformément aux règles du RGPD et aux législations en vigueur protégeant les données personnelles.

Quels sont les critères de performance et de qualité à définir dans un contrat de prestation informatique ?

Il convient de déterminer des indicateurs de performance et des niveaux de service (Service Level Agreements – SLAs), afin de mesurer l’efficacité et la qualité de la prestation.
Ces accords peuvent inclure des délais d’intervention, des taux de disponibilité, et des standards de qualité du service fourni.

Pour aller plus loin
Demander un devis gratuit

Remplissez le formulaire de demande de devis, nos équipes vous répondront dans les meilleurs délais.​

Maintenance-informatique-préventive-qu-est-ce-que-c-est
Informatique
Maintenance informatique préventive : qu’est-ce que c’est ?

La maintenance informatique préventive est une stratégie cruciale pour les entreprises qui reposent fortement sur l’informatique pour leurs opérations quotidiennes. Elle consiste en une série

En savoir plus »
Maintenance-informatique-évolutive-qu-est-ce-que-c-est
Informatique
Maintenance informatique évolutive : qu’est-ce que c’est ?

La maintenance informatique évolutive est une pratique essentielle pour les entreprises soucieuses de pérenniser et d’optimiser leurs systèmes d’information. Elle consiste à mettre régulièrement à

En savoir plus »
Maintenance-informatique-curative-qu-est-ce-que-c-est
Informatique
Maintenance informatique curative : qu’est-ce que c’est ?

La maintenance informatique curative se réfère aux actions menées pour réparer et restaurer le bon fonctionnement d’un système informatique après une défaillance ou une panne.

En savoir plus »
Le-déroulé-d-un-audit-de-d-infrastructure-informatique
Informatique
Le déroulé d’un audit d’infrastructure informatique

Un audit d’infrastructure informatique représente une évaluation systématique et détaillée des systèmes informatiques d’une entreprise. Cette procédure méthodique permet d’examiner si l’infrastructure en place est

En savoir plus »
Demander un devis gratuit

Nos équipes vous répondront dans les meilleurs délais.​