Le déroulé d’un audit d’infrastructure informatique

Sommaires

Un audit d’infrastructure informatique représente une évaluation systématique et détaillée des systèmes informatiques d’une entreprise. Cette procédure méthodique permet d’examiner si l’infrastructure en place est alignée avec les objectifs stratégiques de l’entreprise et si elle est conforme aux normes de sécurité et de performance en vigueur.

L’audit couvre des aspects tels que le matériel, les logiciels, les réseaux, les données, les politiques et les procédures pour assurer leur bon fonctionnement et leur efficacité.

La première phase de l’audit implique généralement la collecte de données et une analyse préliminaire pour identifier les zones potentielles de risques ou les opportunités d’amélioration.

Suite à cette phase, une stratégie d’audit est élaborée pour adresser spécifiquement les besoins de l’entreprise et les exigences réglementaires.

Celle-ci est finalement exécutée avec pour objectif de produire un rapport complet fournissant un aperçu critique des pratiques actuelles et des recommandations pour une évolution positive.

À lire sur le même sujet : Découvrez comment un prestataire en infogérance peut vous accompagner

Les points clés

  • L’audit d’infrastructure informatique évalue l’adéquation des systèmes avec les objectifs et les normes.
  • La démarche inclut une collecte de données initiale et une stratégie spécifique à l’entreprise.
  • Le rapport final offre un diagnostic et des recommandations pour l’amélioration.

Compréhension de l’entreprise et de ses objectifs

La première étape cruciale dans le déroulement d’un audit d’infrastructure informatique est de cerner avec précision les besoins spécifiques de l’entreprise. Cette compréhension oriente l’ensemble des activités d’audit.

Analyse des objectifs business et informatiques

L’audit démarre par une analyse des objectifs business de l’entreprise, qui inclut l’examen des buts à court et à long terme.

En parallèle, une évaluation des objectifs informatiques est indispensable pour aligner les outils et les processus informatiques avec les ambitions commerciales de l’organisation.

Identification du cadre réglementaire et des normes applicables

Chaque entreprise opère dans un contexte réglementaire spécifique qui peut affecter son infrastructure informatique.

L’auditeur doit identifier les réglementations et normes pertinentes, telles que la norme ISO associée, pour s’assurer de la conformité réglementaire des systèmes.

Établissement du périmètre d’audit

Définir le périmètre d’audit est essentiel pour déterminer l’étendue et la profondeur de l’investigation.

Ceci inclut les composantes du réseau d’entreprise à examiner, comme les serveurs, dispositifs de stockage, et logiciels.

Équipe d’audit et organisation

L’organisation de l’équipe d’audit doit être structurée pour répondre aux objectifs définis.

L’équipe peut être composée d’auditeurs internes ou d’experts d’un audit externe, chacun avec des rôles clairs pour effectuer une évaluation systématique et organisée de l’infrastructure.

Analyse de l’infrastructure existante

Dans cette section, on va examiner en détail l’état actuel de l’infrastructure informatique d’une organisation. Cela englobe l’évaluation exhaustive des actifs matériels et logiciels, l’architecture du système, la performance et la configuration, ainsi que les politiques de sécurité en vigueur.

Inventaire des actifs informatiques

L’inventaire des actifs informatiques constitue la base de toute analyse.

Il s’agit de lister de manière exhaustive tout le matériel (hardware) et les logiciels (software) utilisés par l’organisation.

  • Matériel : serveurs, postes de travail, périphériques réseau, etc.
  • Logiciels : systèmes d’exploitation, applications métiers, outils de développement, etc.

État des lieux de l’architecture informatique

L’architecture du système informatique fait référence à l’agencement structuré des éléments du réseau et des systèmes.

Cette phase d’analyse cherche à cartographier l’ensemble pour déterminer les points forts et les faiblesses de la structure actuelle.

  • Topologie de réseau : configuration et interconnexions.
  • Composants clés : serveurs principaux, dispositifs de stockage, etc.

Analyse de la configuration et de la performance

Une inspection approfondie de la configuration des systèmes et de la performance du réseau est critique.

On étudie notamment la capacité à gérer le volume de données et les demandes utilisateurs.

  • Performance du réseau : vitesse, latence, temps de réponse.
  • Optimisation des systèmes : allocation des ressources, mise à jour de configurations.

Examen des politiques de sécurité en place

La sécurité de l’infrastructure informatique est primordiale.

Elle est assurée par des politiques et des pratiques conçues pour protéger les actifs de l’organisation contre toutes sortes de menaces.

  • Normes de sécurité : conformité aux réglementations et standards internationaux.
  • Mesures préventives : pare-feu, systèmes de détection d’intrusions, protocoles de cryptage.

Évaluation des pratiques de gestion

Avant de plonger dans les détails techniques d’un audit d’infrastructure informatique, il est indispensable d’évaluer les pratiques de gestion en place.

Cette évaluation met en évidence la capacité de l’organisation à identifier, mitiger et surveiller les risques liés à la sécurité informatique.

Gestion des risques et sécurité

L’évaluation commence par analyser la gestion des risques et la sécurité.

Il s’agit de vérifier l’existence et l’efficacité des mécanismes mis en place pour appréhender les risques et protéger les actifs informatiques. Cela inclut:

  • Évaluation des risques : mise en œuvre de procédures pour l’identification et l’évaluation des risques potentiels.
  • Gestion des incidents : protocoles définissant la réponse aux incidents de sécurité, incluant la détection, le rapport, et la résolution.

Analyse des processus métiers et IT

Par la suite, l’audit se concentre sur l’analyse des processus métiers et IT.

Cette analyse est essentielle pour comprendre comment les processus d’affaires et informatiques interagissent et s’influencent.

  • La documentation des processus pour assurer leur adéquation avec les objectifs de sécurité.
  • La gestion de la sécurité au sein des services IT, en vérifiant les politiques et les pratiques effectives.

Révisions des procédures de sauvegarde et de restauration

Finalement, l’audit se penche sur les procédures de sauvegarde et de restauration.

C’est une composante critique de la gestion de la continuité des affaires et de la sécurité du système.

Il convient de s’assurer que :

  • Les sauvegardes sont effectuées régulièrement et sont facilement accessibles en cas de besoin.
  • Des procédures de restauration claires sont établies, testées et documentées pour assurer la récupération rapide après un incident.

À lire sur le même sujet : Confiez la gestion de votre infrastructure informatique à une société de maintenance informatique

Identification et analyse des risques

L’identification et l’analyse des risques sont cruciales pour garantir l’intégrité et la résilience des infrastructures informatiques.

Elles permettent de détecter et de rectifier les vulnérabilités avant que des incidents ne compromettent la sécurité des données et des réseaux.

Évaluation de la sécurité réseau et des données

L’évaluation commence par l’analyse de la sécurité du réseau, incluant les composantes internes et celles hébergées dans le cloud.

L’auditeur examine l’architecture réseau, les protocoles en place, ainsi que la gestion des accès pour s’assurer de leur adéquation avec les politiques de sécurité de l’entreprise.

En parallèle, la sécurité des données est scrutée à la loupe : on s’intéresse à la classification des données, aux processus de sauvegarde et de restauration, et à la mise en œuvre de la cryptographie, afin de vérifier la protection et la disponibilité des données critiques.

Détection des vulnérabilités et faiblesses

Cette sous-section consiste à utiliser des outils spécifiques pour détecter les vulnérabilités au sein du système d’information.

L’auditeur conduira des tests d’intrusion et utilisera des logiciels d’analyse pour révéler toute faiblesse qui pourrait être exploitée par des acteurs malveillants.

Les résultats contribueront à cartographier les risques potentiels, permettant ainsi une appréciation précise des menaces pesant sur l’infrastructure informatique.

Analyse des mesures de protection en place

L’audit de cybersécurité comprend une vérification exhaustive des dispositifs de protection déployés.

Cela comprend l’évaluation des firewalls, des systèmes de détection d’intrusion, des politiques de sécurité, des processus de mise à jour, et de la formation du personnel en matière de sécurité.

L’objectif est de mesurer l’efficacité des mécanismes de défense en place et leur capacité à garantir la confidentialité, l’intégrité, et la disponibilité des systèmes et des données de l’entreprise.

Élaboration de la stratégie d’audit

Au cœur de l’audit d’infrastructure informatique, l’élaboration de la stratégie est cruciale pour orienter le projet et garantir son efficacité.

Elle doit inclure le développement d’un plan d’audit spécifique, la définition des niveaux de service et de qualité attendus, et la prise en compte des évolutions technologiques récentes.

Développement du plan d’audit spécifique

Dans l’audit technique d’une infrastructure informatique, la première étape consiste à développer un plan d’audit spécifique.

Ce plan doit détailler les objectifs, les ressources humaines et techniques nécessaires, ainsi que la portée de l’audit.

Les responsables doivent déterminer une solution pragmatique pour aborder chaque composant, tel que le cloud, les VPN et les systèmes de mise à jour, afin d’améliorer la qualité du service informatique.

Définition des niveaux de service et de qualité

Une définition claire des niveaux de service et de qualité est impérative pour mesurer les performances de l’infrastructure par rapport aux attentes de l’entreprise.

Cela inclut des critères précis tels que la disponibilité des systèmes, le temps de réponse, la sécurité des données et la conformité aux réglementations en vigueur.

Cette section du plan doit se matérialiser par des indicateurs de performance clairement identifiables et mesurables.

Prise en compte des évolutions technologiques

Le paysage technologique évoluant rapidement, une stratégie d’audit doit intégrer une analyse des tendances actuelles et à venir.

Il est essentiel que l’équipe d’audit examine comment les mises à jour des technologies existantes ou l’intégration de nouvelles solutions comme le cloud peuvent affecter la structure et la fonctionnalité de l’infrastructure, identifiant ainsi les potentiels vecteurs d’amélioration ou de risque.

Quelques statistiques

L’année 2024 marque une période de croissance significative pour les professions d’audit interne en Amérique du Nord.

Les données récentes montrent que les Directeurs de l’Audit Interne (DAI) sont plus susceptibles d’augmenter leur personnel, avec une proportion de 26% contre seulement 9% qui ont vu leur staff diminuer.

Cette tendance positive succède aux réductions budgétaires difficiles qui ont eu lieu durant la pandémie de COVID en 2020 et 2021.

Actuellement, un plus grand nombre de fonctions d’audit interne voient leur budget croître, à hauteur de 36%, par opposition à 13% qui subissent des coupes budgétaires.

La priorisation des audits de cybersécurité et ceux liés aux technologies de l’information est manifeste ; ils représentent approximativement 20% des plans d’audit, devançant des domaines tels que l’audit opérationnel à 17%, la conformité à 14% et le reporting financier également à 14%.

L’intérêt pour l’intelligence artificielle (IA) dans le domaine de l’audit interne est notable : plus de 40% des leaders en audit interne se penchent sur son utilisation future et 15% l’intègrent déjà dans leurs activités d’audit.

De plus, 11% des sondés procèdent actuellement à l’audit de l’IA au sein de leurs organisations.

Ces chiffres pourraient connaître une hausse dans l’année à venir, compte tenu de l’évolution rapide de l’utilisation de l’IA.

Une étude récente a révélé l’accroissement du professionnalisme en audit interne en Amérique du Nord, indiquant une tendance dynamique et en constante évolution pour la profession.

Réalisation de l’audit

La réalisation de l’audit est une phase critique où des actions concrètes sont menées pour évaluer l’état actuel de l’infrastructure informatique.

Cette évaluation s’appuie sur des tests techniques rigoureux, la collecte d’informations auprès des utilisateurs et l’examen approfondi des systèmes en place.

Conduite des tests et des analyses techniques

Les auditeurs déploient une gamme d’outils et de techniques pour réaliser des tests de performance et de sécurité.

Ceux-ci comprennent des tests d’intrusion pour sonder les vulnérabilités et des analyses de la topologie réseau pour évaluer la robustesse de l’infrastructure.

L’objectif est d’identifier les failles et de proposer des mesures correctives.

Les étapes clés peuvent inclure :

  1. Analyse des risques : identification des menaces potentielles.
  2. Test de charge : évaluation de la capacité maximale supportable par le système.
  3. Audit de conformité : vérification de la conformité aux normes en vigueur.

Interviews et recueil d’informations auprès des utilisateurs

En parallèle des tests techniques, des entretiens sont menés avec les utilisateurs clés pour comprendre leur interaction avec l’infrastructure informatique.

Cette étape permet de recueillir des informations précieuses sur les difficultés rencontrées et les besoins non comblés.

La méthode consiste à :

  • Conduire des entretiens semi-dirigés : pour obtenir des réponses détaillées.
  • Distribuer des questionnaires : pour collecter des données quantitatives.

Revue et évaluation des systèmes d’exploitation et applications

Une attention particulière est portée sur l’efficacité des systèmes d’exploitation et la performance des applications opérationnelles.

L’audit doit assurer que ces éléments clés sont à jour, sécurisés et parfaitement intégrés dans l’écosystème informatique.

Parmi les actions réalisées :

  • Examen des journaux d’événements : pour tracer l’activité systèmes et repérer les anomalies.
  • Évaluation de l’intégrité des données : pour confirmer la fiabilité et la sécurité des informations.

Rapport et recommandations

Dans la phase finale d’un audit d’infrastructure informatique, le rapport final et les recommandations jouent un rôle crucial.

Ils forment un livrable détaillé qui synthétise les résultats de l’audit et propose des actions claires pour l’amélioration.

Synthèse des résultats et identification des actions

Le rapport d’audit doit commencer par une synthèse des résultats qui identifie clairement les forces et les faiblesses de l’infrastructure informatique existante.

Il doit mettre en avant les points de non-conformité, les vulnérabilités et les risques potentiels auxquels l’organisation est exposée.

Cette section doit également inclure un tableau priorisant les actions à entreprendre, en fonction de leur urgence et de leur impact sur la sécurité et la performance de l’infrastructure :

PrioritéAction identifiéeCatégorie de risque
HauteMise à jour des pare-feu obsolètesSécurité
MoyenneOptimisation de la configuration réseauPerformance
BasseFormation continue du personnel ITConformité

Propositions d’améliorations et de solutions

Cette sous-section doit proposer des solutions concrètes pour remédier aux lacunes identifiées et envisager des pistes d’amélioration.

Les recommandations sont généralement élaborées en collaboration avec les parties prenantes de l’audit pour assurer leur adéquation et leur faisabilité.

Il est important que les solutions soient pragmatiques, réalistes et alignées sur les objectifs à long terme de l’organisation.

Pour chaque recommandation, le rapport doit offrir une description détaillée de l’amélioration suggérée, étayée par des bénéfices attendus. Par exemple :

  • Sécurité : implémentation d’un système de détection et de prévention des intrusions (IDPS) pour une surveillance en temps réel et une réponse proactive aux menaces.
  • Performance : mise en place de systèmes de gestion de base de données (SGBD) optimisés pour accélérer les requêtes et réduire la latence.
  • Conformité : adoption de politiques de mise à jour régulière alignées sur les derniers standards du secteur pour garantir l’intégrité du système.

Suivi post-audit

Après la réalisation d’un audit d’infrastructure informatique, le suivi post-audit est déterminant pour assurer l’optimisation et l’efficacité continue du système.

Ce suivi permet de mettre en œuvre efficacement les recommandations et d’évaluer les améliorations réelles par rapport aux objectifs de sécurité et de performance.

Accompagnement dans la mise en œuvre des recommandations

L’accompagnement est essentiel pour s’assurer que les recommandations d’un audit technique soient pleinement comprises et correctement mises en œuvre.

L’entité chargée du suivi peut ainsi offrir une assistance continue permettant d’adapter les procédures et de résoudre les problèmes rencontrés pendant cette phase critique.

  • Assistance technique : fournir un support pour l’installation ou la configuration de solutions.
  • Formation des équipes : assurer que le personnel est apte à maintenir et à gérer les nouvelles mesures de sécurité.

Évaluation du progrès et des améliorations

Il est important d’évaluer régulièrement le progrès suite aux changements effectués après un audit.

L’évaluation doit se concentrer sur :

  • Performance du système : mesure des améliorations performance par rapport aux benchmarks initiaux.
  • Niveau de sécurité : vérification que les vulnérabilités ont été adressées et que le système résiste aux nouvelles menaces.

Planification des audits futurs

La planification d’audits futurs est cruciale pour maintenir l’intégrité de l’infrastructure informatique à long terme.

Elle implique :

  • Fréquence des audits : définition d’un calendrier pour les audits périodiques.
  • Évolution des critères d’audit : intégration des nouvelles technologies et menaces dans les critères d’évaluation.

FAQ

Quelles sont les étapes clés d’un audit de sécurité informatique ?

Les étapes principales incluent la définition du périmètre de l’audit, l’analyse des documents existants, l’évaluation des risques, la vérification sur le terrain des mesures de sécurité, les tests de pénétration, et enfin, la rédaction d’un rapport détaillé avec des recommandations.

Quels outils sont généralement utilisés lors d’un audit de système d’information ?

Les auditeurs utilisent divers outils spécialisés tels que des scanners de vulnérabilité, des programmes d’analyse de code, des outils d’analyse réseau, ainsi que des logiciels de suivi des actifs et de gestion des configurations.

Comment préparer son entreprise pour un audit d’infrastructure informatique ?

Il est essentiel de réunir toute la documentation relative à l’infrastructure, de s’assurer que toutes les politiques de sécurité sont à jour et communiquées aux employés, et enfin de planifier l’accès nécessaire pour l’auditeur aux systèmes et aux installations.

Quels sont les éléments essentiels à examiner dans un rapport d’audit de système d’information ?

Un rapport d’audit doit contenir un résumé exécutif. Ensuite, les méthodologies utilisées, des détails sur les vulnérabilités identifiées, les écarts par rapport aux meilleures pratiques, et des recommandations prioritaires pour remédier aux faiblesses découvertes.

Quel est le rôle de l’auditeur système d’information pendant l’audit ?

L’auditeur est chargé d’évaluer l’adéquation des contrôles et des politiques de sécurité. Ensuite, de vérifier leur application effective et de s’assurer que l’infrastructure informatique répond aux exigences de conformité et aux objectifs de l’entreprise.

Comment évaluer les risques lors d’un audit de réseau informatique ?

L’évaluation des risques se fait par l’identification des menaces et des vulnérabilités présentes dans l’infrastructure réseau.
Ensuite, il faut classer les actifs selon leur importance.
Enfin, il faut analyser l’impact potentiel d’une exploitation réussie de ces vulnérabilités.

Pour aller plus loin
Demander un devis gratuit

Remplissez le formulaire de demande de devis, nos équipes vous répondront dans les meilleurs délais.​

Maintenance-informatique-préventive-qu-est-ce-que-c-est
Informatique
Maintenance informatique préventive : qu’est-ce que c’est ?

La maintenance informatique préventive est une stratégie cruciale pour les entreprises qui reposent fortement sur l’informatique pour leurs opérations quotidiennes. Elle consiste en une série

En savoir plus »
Maintenance-informatique-évolutive-qu-est-ce-que-c-est
Informatique
Maintenance informatique évolutive : qu’est-ce que c’est ?

La maintenance informatique évolutive est une pratique essentielle pour les entreprises soucieuses de pérenniser et d’optimiser leurs systèmes d’information. Elle consiste à mettre régulièrement à

En savoir plus »
Maintenance-informatique-curative-qu-est-ce-que-c-est
Informatique
Maintenance informatique curative : qu’est-ce que c’est ?

La maintenance informatique curative se réfère aux actions menées pour réparer et restaurer le bon fonctionnement d’un système informatique après une défaillance ou une panne.

En savoir plus »
Qu-est-ce-que-la-Tiers-Maintenance-Applicative-TMA
Informatique
Qu’est-ce que la Tiers Maintenance Applicative (TMA) ?

La Tierce Maintenance Applicative (TMA) est un service essentiel à l’époque actuelle, où les applications et logiciels sont au cœur des opérations de nombreuses entreprises.

En savoir plus »
Demander un devis gratuit

Nos équipes vous répondront dans les meilleurs délais.​