logo ami cybersecurite

Déjouer une attaque par force brute : Méthodes et conseils essentiels de sécurité

Sommaires

Les “Attaques par force brute” menacent sérieusement la sécurité de vos données. Cet article décompose ces attaques, analyse pourquoi elles sont en hausse et fournit des conseils concrets pour renforcer votre cybersécurité. Des mots de passe sécurisés à la vigilance sur le web, découvrez les pratiques indispensables pour vous défendre efficacement contre l’attaque par force brute.

À lire également : les 22 différentes catégories de cyberattaques

Points clés

  • Les attaques par force brute sont en augmentation, motivées par l’évolution technologique et la gestion faible des mots de passe, nécessitant des mesures de cybersécurité renforcées.
  • Différents types d’attaques par force brute, y compris le dictionnaire, le password spraying et le credential stuffing, exploitent la faible complexité et la réutilisation des mots de passe.
  • La mise en place d’une politique de mots de passe complexes, l’activation de l’authentification multi-facteurs et la surveillance accrue des activités suspectes sont essentielles pour contrer les attaques par force brute.

Augmentation des attaques par force brute

Imaginez un scénario où les attaquants, armés d’outils toujours plus sophistiqués, lancent des assauts incessants sur les remparts numériques que sont nos mots de passe.

Ce n’est pas de la science-fiction. Les attaques par force brute, y compris l’attaque par force brute et les attaques bruteforce, sont en hausse, en partie due à l’évolution fulgurante des technologies et à une gestion souvent laxiste des mots de passe.

Que ce soit par la brute force pure ou par des méthodes plus astucieuses, les cybercriminels ne cessent de raffiner leurs approches pour déjouer nos défenses.

Les statistiques récentes révèlent une véritable explosion des tentatives d’intrusion. C’est un fait alarmant qui met en lumière la nécessité de renforcer notre cybersécurité. Mais pourquoi assistons-nous à une telle recrudescence de ces attaques ? Pour y répondre, il est essentiel de comprendre les facteurs qui contribuent à cette augmentation et les types d’attaques les plus couramment employés par ces assaillants numériques.

Statistiques récentes

Le rapport Human Factor 2023 de Proofpoint dresse un constat accablant : le nombre d’attaques par force brute, et plus particulièrement le ‘password spraying’, est passé d’une moyenne mensuelle de 40 millions en 2022 à près de 200 millions au début de 2023. Cette multiplication par cinq des assauts en l’espace d’un an souligne l’urgence de développer une protection à la mesure de cette menace grandissante.

Face à cette déferlante, il apparaît clair que les applications, toujours plus intégrées dans notre quotidien, requièrent désormais une armure renforcée pour résister à l’ingéniosité des cyberattaquants, comme mentionné dans cet article sur une page internet.

Raisons de l’augmentation

Les raisons derrière cette vague d’attaques sont multiples. Le développement de nouvelles technologies, telles que le calcul parallèle, offre aux attaquants des capacités de calcul étendues, leur permettant de mener des assauts plus rapides et plus puissants. Par ailleurs, la gestion imprudente des mots de passe, combinée à l’usage de générateurs de mots de passe faibles, crée des failles béantes, aisément exploitables par les pirates.

Ajoutons à cela que les méthodes de compromission se diversifient et se raffinent, avec des techniques comme le phishing et le vol d’identifiants qui contournent les mesures de sécurité traditionnelles, rendant les défenses conventionnelles obsolètes. Enfin, avec 20% des vulnérabilités concernant les services d’accès à distance, la nécessité de blinder ces points d’entrée contre les attaques par force brute est plus pressante que jamais.

Types courants d’attaques par force brute

Des méthodes simples aux stratégies hybrides, en passant par les attaques par dictionnaire, password spraying et credential stuffing, chaque technique a ses spécificités et requiert des contre-mesures adéquates. Ces attaques représentent une menace constante et évolutive, capable d’exploiter la moindre faiblesse dans la sécurité d’un système.

Alors que les attaques simples s’appuient sur une approche manuelle et laborieuse, les méthodes hybrides et inversées combinent ingéniosité et puissance de calcul pour parvenir à leurs fins. Cependant, c’est souvent l’ingénuité humaine, comme l’utilisation de mots de passe faciles à deviner, qui s’avère être le maillon faible. Examinons de plus près ces différentes techniques pour mieux comprendre comment les cybercriminels opèrent.

Attaques par dictionnaire

Les attaques par dictionnaire sont fondées sur une prémisse simple : de nombreux utilisateurs optent pour des mots de passe faciles à retenir, souvent puisés dans le langage courant.

Cela fait des mots courants et des phrases simples des cibles privilégiées pour les cybercriminels. Bien que moins sophistiquées que d’autres tactiques, les attaques par dictionnaire restent une méthode de choix dans l’arsenal des attaquants, car elles tirent parti de nos habitudes de confort.

Cependant, cette méthode montre ses limites face à des mots de passe élaborés, composés d’une combinaison aléatoire de lettres, chiffres et symboles.

Cela souligne l’importance d’adopter des mots de passe complexes pour se protéger contre ces attaques qui, bien que moins efficaces face à des mesures de sécurité modernes, peuvent encore être longues et persévérantes.

Password spraying

Le password spraying est une technique plus rusée : elle consiste à utiliser des mots de passe faibles et largement répandus pour attaquer simultanément de multiples comptes.

Cette approche par “arrosage” exploite la probabilité qu’au sein d’un grand groupe d’utilisateurs, certains utilisent des mots de passe basiques et trop communs, tels que “123456” ou “password”.

La simplicité même des mots de passe choisis, souvent issus de combinaisons prévisibles comme le nom de l’entreprise suivi de l’année, joue en faveur des pirates.

Cette tactique démontre que même un seul mot de passe faible au sein d’une organisation peut devenir le talon d’Achille de toute la structure, soulignant l’ampleur des dégâts potentiels qu’une attaque de password spraying peut causer.

Credential stuffing

Le credential stuffing, quant à lui, est une technique d’attaque particulièrement insidieuse. Elle exploite des combinaisons d’identifiants et de mots de passe déjà compromis pour tenter des accès sur d’autres plateformes.

Cette méthode repose sur une pratique risquée mais courante : la réutilisation des mêmes identifiants sur différents services en ligne.

Cette tactique est rendue possible par la négligence des utilisateurs qui, pour des raisons de commodité, répètent leurs mots de passe sur plusieurs sites.

Une seule fuite de données peut ainsi donner aux attaquants les clés d’accès à une multitude de comptes, démontrant l’importance cruciale de la diversification des mots de passe et d’une vigilance accrue pour les services en ligne et leur utilisation.

Stratégies de protection contre les attaques par force brute

Face à l’ingéniosité des attaquants, comment peut-on se prémunir efficacement contre les attaques par force brute ? Plusieurs stratégies peuvent être mises en place pour élever le niveau de sécurité de nos données.

Voici quelques mesures à prendre :

  • Créer des mots de passe complexes
  • Limiter les tentatives de connexion
  • Activer l’authentification multi-facteurs
  • Surveiller les activités suspectes

Chaque mesure contribue à forger une barrière plus résiliente contre les tentatives d’intrusion.

Ces stratégies sont d’autant plus essentielles que les cybercriminels ne cessent d’affiner leurs méthodes pour contourner les protections standard.

Il est donc crucial de mettre en place:

  • une politique de mots de passe efficace
  • d’adopter l’authentification multi-facteurs
  • de surveiller étroitement les activités du réseau pour anticiper et contrer les attaques.

Politique de mots de passe efficace

Une politique de mots de passe robuste est la première ligne de défense contre les attaques par force brute. Des mots de passe longs, complexes et uniques posent un défi considérable aux pirates.

En évitant les combinaisons de mots courants et en incorporant des caractères variés, on réduit drastiquement la probabilité qu’un cybercriminel puisse deviner ou casser le mot de passe.

Les gestionnaires de mots de passe jouent un rôle clé dans cette bataille, car ils permettent de générer et de stocker en toute sécurité des mots de passe forts sans que les utilisateurs aient à les mémoriser.

De plus, les politiques de verrouillage des comptes après un nombre défini de tentatives infructueuses dissuadent les tentatives répétées et offrent une protection supplémentaire.

Authentification multi-facteurs

L’authentification multi-facteurs (MFA) est une autre couche de sécurité, qui requiert plus d’une forme d’identification pour accéder à un compte. Cette mesure est particulièrement efficace contre les attaques comme le password spraying et le credential stuffing, car elle oblige l’attaquant à détenir un élément supplémentaire de vérification au-delà du simple mot de passe.

Les facteurs utilisés dans la MFA peuvent être quelque chose que l’utilisateur sait (un mot de passe), possède (un token ou un smartphone), ou est (biométrie).

L’authentification multi-facteurs adaptative peut même ajuster les exigences d’authentification en fonction du contexte de la connexion, renforçant la sécurité lorsque le comportement de connexion est inhabituel.

Surveillance et détection

La détection précoce d’une attaque par force brute peut faire toute la différence. Une surveillance continue des charges du serveur, de l’activité des utilisateurs et du trafic réseau peut aider à repérer rapidement une attaque en cours. La mise en place d’analyses comportementales et de systèmes d’alerte pour les violations de sécurité renforce la capacité à détecter des comportements suspects.

Une augmentation soudaine des tentatives de connexion échouées, en particulier depuis une seule adresse IP, est un signal d’alarme.

Les connexions systématiques avec des mots de passe séquentiels ou le verrouillage de multiples comptes utilisateurs sont autant d’indicateurs d’une attaque potentielle.

La mise en place de listes de refus pour les adresses IP connues comme malveillantes peut également aider à bloquer les attaques.

Outils et solutions pour contrer les attaques par force brute

Dans la guerre contre les attaques par force brute sur les sites web, les outils et solutions technologiques sont des alliés précieux. Des pare-feu d’application Web aux technologies d’intelligence artificielle, une gamme d’options est disponible pour renforcer les défenses d’une organisation.

Ces solutions peuvent bloquer ou ralentir considérablement les assauts, permettant aux administrateurs de réseau de prendre des mesures proactives avant qu’une brèche ne soit exploitée.

Les pare-feu d’application Web, par exemple, limitent le nombre de requêtes qu’un utilisateur peut faire à un service donné, empêchant ainsi les attaques automatisées de saturer les systèmes avec des tentatives de connexion incessantes.

L’intelligence artificielle peut également jouer un rôle crucial en identifiant des modèles d’attaque et en adaptant les mesures de sécurité en temps réel pour prévenir les intrusions.

Gestionnaires de mots de passe

Les gestionnaires de mots de passe sont un outil essentiel dans le combat contre les attaques par force brute. Ils aident non seulement à créer des mots de passe forts, mais aussi à les gérer efficacement sans qu’il soit nécessaire pour les utilisateurs de les mémoriser.

Ces outils intègrent souvent des générateurs de mots de passe qui conçoivent des mots de passe complexes, ce qui réduit grandement la probabilité qu’ils soient devinés ou craqués par des attaques automatisées.

En entreprise, les gestionnaires de mots de passe professionnels jouent un rôle crucial en permettant aux administrateurs de surveiller la sécurité des comptes et d’appliquer des politiques de mots de passe cohérentes et sécurisées.

Des solutions comme Keeper® offrent une couche supplémentaire de sécurité en stockant les mots de passe dans un coffre-fort numérique, facilitant l’accès sécurisé pour les utilisateurs sans compromettre la sécurité.

Protection du stockage des mots de passe

La manière dont les mots de passe sont stockés dans une base de données peut avoir un impact considérable sur la sécurité globale. Il est fondamental de ne jamais stocker les mots de passe en clair dans les bases de données, car cela les rendrait immédiatement accessibles en cas de fuite de données.

Les fonctions de hachage modernes, telles que bcrypt ou Argon2, sont conçues pour résister aux attaques par force brute et incluent des mécanismes de sécurité supplémentaires comme le salage et le coût adaptable.

L’ajout d’un sel unique pour chaque mot de passe haché accroît la sécurité en rendant chaque hash unique, et l’utilisation d’un poivre – un élément secret ajouté avant le hachage – améliore encore la protection des mots de passe stockés.

De telles pratiques rendent les tables arc-en-ciel, des listes précalculées de hashs, inefficaces, renforçant ainsi la défense contre les tentatives de déchiffrement.

Limitation des tentatives de connexion

La limitation des tentatives de connexion est une mesure de sécurité simple mais extrêmement efficace. En définissant un nombre maximal de tentatives infructueuses, on empêche les attaquants d’essayer indéfiniment de deviner les identifiants d’un compte.

Imposer des délais de verrouillage progressifs entre les tentatives infructueuses peut non seulement décourager les attaquants mais également alerter les administrateurs de la présence d’une activité suspecte.

Les CAPTCHAs et autres mécanismes de défense contre les robots ajoutent une couche de complexité supplémentaire pour les attaquants en identifiant et bloquant les tentatives automatisées d’accès aux comptes.

Ces mesures de protection peuvent effectivement réduire les risques d’attaques par force brute en augmentant le temps et l’effort nécessaire pour réussir une attaque.

Sensibilisation et formation des employés

Le facteur humain joue un rôle prépondérant dans la sécurité informatique. Les organisations qui investissent dans une sensibilisation et une formation approfondies à la cybersécurité voient une diminution significative des incidents causés par des erreurs humaines.

Cependant, l’absence de formation adéquate peut augmenter les risques de sécurité, conduisant à l’utilisation de mots de passe faibles et à des incidents de sécurité non signalés.

Une formation efficace et engageante peut transformer les employés en une première ligne de défense contre les cyberattaques. Cela implique non seulement d’apprendre à identifier les menaces, mais aussi de promouvoir une culture de sécurité au sein de l’organisation, d’améliorer les réponses aux incidents et de satisfaire aux exigences de conformité.

Un accent particulier doit être mis sur les pratiques de sécurité des mots de passe, afin que chaque employé comprenne son rôle dans la protection des actifs de l’entreprise.

Formation sur les mots de passe

Il est crucial de sensibiliser les individus à l’importance de la sécurité des mots de passe. Cela fait partie intégrante de la formation en sécurité.

Elle doit mettre l’accent sur l’importance de créer des mots de passe forts et l’utilisation sécurisée des gestionnaires de mots de passe.

Les employés doivent apprendre à créer des mots de passe qui utilisent différentes combinaisons de caractères et à éviter des informations personnelles facilement devinables comme leur date de naissance ou leur nom.

Des sessions de formation régulières peuvent aider à maintenir la sensibilisation et à rappeler l’importance des politiques de mots de passe. Il est également vital d’enseigner aux employés à éviter la réutilisation des mots de passe sur différents sites ou applications, ce qui réduit le risque que plusieurs comptes soient compromis en cas d’attaque.

Reconnaissance des attaques par force brute

La capacité des employés à reconnaître une attaque par force brute est un atout majeur pour la sécurité de l’entreprise. Les formations doivent couvrir les signes révélateurs d’une attaque en cours, tels que les augmentations inhabituelles dans le nombre de tentatives de connexion ou les activités de connexion hors des heures normales de travail.

Comprendre le fonctionnement du credential stuffing et d’autres méthodes d’attaque par force brute est essentiel pour que les employés puissent prendre des mesures proactives en cas de comportements suspects.

La reconnaissance de ces menaces et la formation à y répondre de manière appropriée sont cruciales, non seulement pour protéger les données personnelles des employés, mais également pour sauvegarder les actifs numériques de l’entreprise.

Le mot de la fin sur les attaques par force brute

Les attaques par force brute représentent une menace omniprésente dans le paysage de la cybersécurité. Cependant, avec les bonnes stratégies et outils, il est possible de renforcer les défenses et de réduire considérablement le risque de compromission. En mettant en œuvre des politiques de mots de passe solides, en adoptant l’authentification multi-facteurs, en utilisant des outils de gestion de mots de passe et en formant les employés aux meilleures pratiques de sécurité, les organisations peuvent bâtir une forteresse numérique impénétrable.

Que chaque individu devienne un gardien vigilant de ses propres données et un acteur actif dans la défense collective contre les attaques par force brute.

FAQ

Quel type d’attaque permet à un attaquant d’utiliser une approche par force brute ?

Une approche par force brute peut être utilisée pour l’attaque de credential stuffing, qui consiste à tenter d’utiliser des noms d’utilisateur et des mots de passe volés sur des sites ou des services pour détourner ces comptes vers d’autres services et applications.

Comment les attaques par force brute sont-elles utilisées ?

Les attaques par force brute sont utilisées pour obtenir un accès non autorisé à des systèmes en devinant les mots de passe ou les clés de chiffrement par essais successifs.

Comment fonctionne une attaque par force brute ?

Une attaque par force brute fonctionne en testant toutes les combinaisons possibles jusqu’à trouver la bonne, utilisant souvent des logiciels automatisés pour accélérer le processus.

Comment fonctionne une attaque par force brute ?

Une attaque par force brute fonctionne en testant toutes les combinaisons possibles jusqu’à trouver la bonne, utilisant souvent des logiciels automatisés pour accélérer le processus.

Quelle est la vitesse d’une attaque par force brute ?

La vitesse varie selon la puissance de calcul disponible, la complexité du mot de passe, et les mesures de sécurité en place. Des attaques peuvent prendre de quelques minutes à plusieurs années.

Pour aller plus loin
Protégez votre votre entreprise

Sécurisez maintenant votre entreprise des intrusions informatiques et travaillez l’esprit tranquille.

Définition-SASE-Secure-Access-Service-Edge
Cybersecurité
Qu’est-ce que SASE (Secure Access Service Edge) ?

SASE, ou Secure Access Service Edge, est un modèle d’architecture de réseau innovant conçu pour répondre aux exigences de connectivité et de sécurité des entreprises

En savoir plus »
Définition-attaque-XSS
Cybersecurité
Qu’est-ce qu’une attaque XSS ?

Une attaque XSS, abréviation de Cross-Site Scripting, est un vecteur d’attaque courant dans lequel des acteurs malveillants injectent du code malicieux, généralement sous la forme

En savoir plus »
Attaques-par-drive-by-download
Cybersecurité
Qu’est-ce qu’une attaque par drive-by download ?

Les attaques par “drive-by download” représentent une menace significative pour la sécurité des utilisateurs sur internet. Elles se déroulent lorsqu’un utilisateur visite un site web

En savoir plus »
définition-une-attaque-de-whaling
Cybersecurité
Qu’est-ce qu’une attaque par whaling ?

Les attaques de whaling sont une forme de cybersécurité menaçante et ciblée qui vise les hauts dirigeants d’entreprise. Ce type d’attaque est réalisé en usurpant

En savoir plus »
Nous protégeons leurs infrastructures
5/5
Un besoin en cybersécurité ?

N’hésitez pas à nous contacter. Nos équipes vous répondront dans les meilleurs délais.​